DIAGNOSTIC

Identification de la cause probable de la (ou des) défaillance(s) à l'aide dun raisonnement logique.

Le diagnostic est une phase importante de la maintenance corrective (il s'agit d'une phase de remédiation). De sa pertinence et de sa rapidité dépend l'efficacité de l'intervention entreprise.

Il est précédé de deux actions:

- la détection, qui décèle au moyen d'une surveillance, continue ou non, l'apparition d'une défaillance ou l'existence d'un élément défaillant.

- la localisation, qui conduit à rechercher précisément le ou les éléments par lesquels la défaillance se manifeste.

- La défaillance ignore les frontières entre les domaines technologiques (mécanique, électrique, pneumatique, hydraulique,..).

- La connaissance et la maîtrise des différentes technologies sont indispensables à la bonne conduite d'un diagnostic.

- Une collaboration utilisateurs-maintenance augmente de façon importante la probabilité de découverte rapide d'une défaillance.

- L'habitude, l'empirisme, le "flair" permettent d'identifier les pannes usuelles, mais sur des machines complexes, à technologies variées, une recherche logique s'impose.

Le diagnostic permet d'identifier la cause ayant entraîné la défaillance. Une action sera réalisée en intervenant sur la cause (action corrective) ou sur la défaillance (action palliative).

Cause (le moteur est bruyant).

Action corrective : Insonoriser le moteur.

Cause (le moteur est encrassé).

Action corrective : Décalaminer le moteur.

Défaillance (j'ai mal à la tête).

Action palliative : Je prends une aspirine.

Défaillance (la bougie "perle").

Action palliative : Nettoyer la bougie.

Les outils de diagnostic guident la réflexion du technicien de maintenance suivant un cheminement logique et structuré (les outils d'aide au diagnostic sont nombreux et variés: organigramme de dépannage, tableau causes-effets, logigramme de tests, guide d'auscultation, système expert,...). Le maximum d'informations, recueillies auprés des utilisateurs, des documents,..... est nécessaire pour la conduite du diagnostic. Le diagnostic doit identifier les causes probables de la défaillance (aprés avoir identifier le mode de défaillance et l'élément par lequel la défaillance se manifeste).

L'efficacité du diagnostic peut conduire à hiérarchiser les hypothèses de causes de pannes en fonction de différents critères:

- probabilité de se révéler vraies.

- facilité de contrôle.

- disponibilité des appareils de contrôle (exemple: appareil de contrôle de vibrations, permettant une vérification sans démontage).

- répétition de pannes (analyse de l'historique machine).

- fiabilité intrinsèque des éléments.

Dans un système automatisé de production (SAP), commandé par un automate programmable industriel (API) (exploitation du grafcet pour le diagnostic), on estime que 90% des causes sont en rapport avec la partie opérative et que les 2/3 de ces dernières sont liés aux capteurs. L'unité de traitement présente une trés faible probabilité de causes.

 

La vérification des hypothèses retenues se fera suivant la méthode générale décrite çi-dessous.

Hypothèses - Cause

Caractéristiques contrôlables ou mesurables comparées aux référents fournis ou connus. -- Commentaires permettant de préciser l'élément à contrôler, la nature du contrôle, l'appareil de contrôle employé, les points test et le résultat attendu.

Défaut identifié

La formulation choisie doit permettre de répondre par l'affirmative ou par la négative. Une question trop "générale" ou ambigu ne permettra pas de réaliser un diagnostic correct.

Action corrective

Opération de maintenance mise en oeuvre pour remédier au dysfonctionnement.

Essai concluant

Toute opération de maintenance corrective, entraîne obligatoirement un ou des essai(s) permettant de valider l'intervention réalisée.

Fin : Félicitations. La cause de la panne est identifiée. La défaillance est éliminée. Le système est en état de fonctionnement. Enfin!!!!............

Exploitation du grafcet pour le diagnostic

Le Grafcet est un outil trés utile dans la recherche des causes de pannes. Il permet de localiser les actions et/ou les réceptivités en cause dans le dysfonctionnement du système. Si le Grafcet est un outil trés appréciable pour le diagnostic, il n'en reste pas moins indispensable d'y associer d'autres outils de recherche, les documents et schémas du système.

Soit l'extrait, (çi-dessous), d'un Grafcet Point de Vue Partie Commande. Supposons que l'action 3D- ne soit pas réalisée (constat de l'utilisateur du système). En fonction de l'étape active du Grafcet, les causes du dysfonctionnement et la méthodologie de recherche seront différentes.

L'étape 5 est active et le système est bloquée sur cette étape sans pouvoir passer à la suivante.

La réceptivité 1S1 n'est donc pas vraie. La cause du dysfonctionnement peut provenir:

- d'une alimentation défectueuse des entrées.

- du capteur / détecteur 1S1 défectueux.

- du capteur / détecteur 1S1 déréglé.

- d'un mauvais états des connexions électriques.

- d'un mauvais états des connexions pneumatiques.

- de l'entrée automate associée à 1S1 défectueuse.

- d'un problème de programme ou de programmation.

L'exemple traité ici est trés général et ne connaissant pas la réalité technologique du système, la liste des causes proposées ne sauraient donc être exhaustive.

Deux cas.

1 - La sortie automate associée à 3D- est active. Dans ce cas, la cause du dysfonctionnement peut provenir:

- de l'alimentation des sorties automates défectueuse.

- du mauvais états des connexions électrique.

- d'une mauvaise connexion pneumatique / hydraulique.

- du distributeur 3D bloqué (tiroir).

- du distributeur 3D hors service.

- de l'actionneur 3C bloqué.

- de l'actionneur 3c hors service.

- d'un problème mécanique (rupture, grippage, blocage, déréglage, usure prononcée,...).

 

2 - La sortie automate associée à 3D- n'est pas active. La cause du dysfonctionnement peut provenir:

- de la sortie de l'automate défectueuse.

- d'un problème dans le programme ou la programmation.

L'exemple traité ici est trés général et ne connaissant pas la réalité technologique du système, la liste des causes proposées ne sauraient donc être exhaustive.